30/09/2003

Je décline

 
Je rattraperai ce retard... Trois "posts" en un jour... Suite ...
 
 
 
Lundi 18 août 2003

 

7h30, les sonneries se déchaînent…. Lundi. Lundi. Lundi. Je m’éjecte de mon lit, pause urinaire, enclenchement de la machine a café un étage plus bas, douche encore une volée de marche en dessous, peignoir, rasage, brossage de dents, chemise a repasser, café, costume, chemise enfin repassée, cravate, café, cigarette, chaussures, lacets, cigarette, escalier-palier-escalier-palier-porte-palier-escalier-palier-escalier-palier-porte-rue… Bureau. Bonjour-salut-bonjour-hello-salut… Personne ne me dit que j’ai l’ai crevé, c’est donc si grave que ça ? Café… et on attaque les montagnes russes. Zap.

Je sors du bureau vers 19h15. Mon ami Merry doit passer récupérer la machine a expresso que je lui ai gentiment trouvé. Nous nous rejoignons a la terrasse du Prince Nicolas. Ca fait un bail que je ne l’ai vu, le bougre. Comme toujours il revient d’un voyage fabuleux avec sa douce et tendre. Merry ou le bonheur simple d’un jeune couple moderne. Belle osmose. On descend des pintes en prenant des nouvelles réciproques de nos amis communs. En parlant d’amis les coups de fils tombent. C’est lundi. Le commandeur et Chewie me demandent si j’organise un ciné club. Non, mais rien ne nous empêche de nous voir. En plus Cugel trimballe toujours dans son coffre le panier des victuailles de samedi dernier. Les fromages doivent commencer a prendre vie… Il est donc assez pressé de me rendre le matériel de cantine.

Chewie et Cugel débarquent une demie heure plus tard avec la caisse odorante sur les bras. Nouvelle tournée d’apéritifs a la terrasse du Prince Nicolas. Nous sommes finalement rejoints par Guest, un ami de Chewie. Merry et Guest se croisent et s’accrochent un peu. Merry repart retrouver sa dulcinée avec sa machine a café sous le bras. Nous voilà a quatre. Apres avoir vaguement rangé ce qui restait de consommable au frigo, nous décidons d’aller tenter notre estomac par les suggestions du « A Ton Avis » un peu plus haut sur la rue de Florence. Le petit resto est résolument placé sous le concept Jeune-détendu-trendy… La nourriture n’est pas exceptionnelle même si les plats proposés sont originaux, la formule hésite entre le snack de haut vol et l’assiette nouvelle cuisine. Le vin gouleyant, lui, nous délie bien la langue… Stella en profite pour m’appeler. Elle se remet doucement de sa rupture. Elle me propose de la rejoindre, elle et son amie Tigall pour prendre un verre au Belga. J’accepte sans voir les regards que s’échangent Chewie et Cugel. Il me faudra du recul pour comprendre mais le sujet ne tarde pas a être déplié sur la table du repas. Mes amis me font part de leur inquiètude et de leur lassitude par rapport a mon « absence » perpétuelle.

-           « Tu es dans la fuite en avant permanente. On a même pas encore mangé que déjà tu planifie une suite de soirée, sans nous. Tu n’es pas avec nous, a peine arrivé tu es déjà en projection. Pose toi, fieu, profite de l’instant présent. »

-           « On veut te voir, avec de la qualité, du substantiel… Y’en a marre de l’entertainer, du Jorael les-bonnes-combines, des soirées en trois a quatre manches… »

Je comprends et je refuse d’accepter. Je me défends comme un niais assiègé, avec des arguments piteux. J’ai toujours été comme ça, l’entertainement, tout le monde en a profité, c’est une seconde nature chez moi, cette superficialité frivole, ce n’est pas vraiment un masque mais une de mes personnalités a part entiere. Je suis blessé et heureux…, blessé par ce qu’atteint dans mon orgueil, heureux par ce que mes amis m’aiment pour bien autre chose que la couche de vernis et de strass qui me colle a la peau. C’est néanmoins mon orgueil imbécile qui prends le pas… K se révolte, contre attaque, fait des grandes phrases creuses et blessantes comme des écorces de châtaignes. Il fait mine de ne pas comprendre. Monsieur J arrive tout juste a le museler pour ne pas envenimer une situation qui, comme souvent, trouve sa source dans un bon sentiment. Chacun arrive plus ou moins a s’exprimer. L’addition arrive. Cugel et Guest vont prendre un dernier verre chez Chewie. Ils me laissent une dernière chance mais je la mise sur le Belga, comme prévu.

Je rejoins Stella et Tigall dans l’atmosphère bruyante branchouille pseudo artiste du Belga. Les filles ont l’air d’avoir plus ou moins le moral. Nous discutons « couple ». Je suis toujours fasciné de surprendre les regards en biais dans lesquels brillent désir et jalousie, lorsque je suis pres de Stella. Pendant un instant je me demande si c’est vivable pour elle, de se voir regardée part tant d’yeux avec tant d’intentions, pas toujours tres honnêtes. Comment survit-on dans un monde perpétuellement aux aguets ? S’en rend-elle seulement compte ? Il faudra que je lui demande un de ces jours si j’y pense.

Les sujets qui nous unissent tous les trois tournent toujours dans les mêmes rengaines, quelques refrains variant de ci de là… . Pourquoi ca s’arrête l’amour, pourquoi ca ne s’arrete pas quand ça s’arrête, pourquoi ça continue quand ça devrait mourir ? Je lui envoie un sms ou pas a l’autre enculé ? Oui, je l’aime ! Non, y peut se brosser sévère avant d’espérer que je le pardonne, je te jure, quel con !

Un des serveur du Belga nous propose la dernière danse des bières et des alcools, il est 2h15 et le café ferme dans quelques minutes. Nos consos avalées nous sortons. Les filles essayent de m’entrainer encore pour un ultime quelque chose quelque part. Je décline, transitif et intransitif. Je m’en vais donc décliner ailleurs. J’embrasse les jeunes joues fraîches de mes amies et file retrouver ma voiture.
 
Je trouve encore la force de la faire rouler devant chez Chewie, de monter les 4 étages qui séparent son appartement du sol et des m’ércouler dans un fauteuil alors que le Wookie et le Commandeur sont lancés dans un grand débat de fond sur les motivations de l’impérialisme guerrier américain et le new world order. J’ai envie d’être pres d’eux, je participerais même bien au débat, avec ma petite culture générale de bazar, mais l’épuisement me fauche… Je m’endors dans le fauteuil en quelques minutes. A trois heures et demie, les débats se terminent, bail out… Je me réveille dans un « plops » étrange… Je ronflais sans doute… J’embrasse mes amis, je dévalle les marches pour retrouver ma caisse, arrive sans trop comprendre chez moi, dépose mon coprs ruiné et sans énergie dans mon plumard et pars au pays des rêves dont je ne me souviens jamais. Il est 4h du mat, il me reste a peine 3h30 a dormir.

13:28 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (13) |  Facebook |

Commentaires

Quel bonheur de retrouver en si grande forme littéraire! Et encore une fois la quantité égale la qualité! Ca fait plaisir à voir ! Et pour fêter cela, j'abore désormais ta bannière officielle dans mes links! A bientot!

Écrit par : CNN | 30/09/2003

Hu-hu-hu Merci... je rougis...

Écrit par : Jorael | 30/09/2003

... Je découvre le plaisir de te lire...un peu tard, il est vrai...

Écrit par : sioran | 01/10/2003

Mieux vaut tard Que voto...

Merci pour cet honneur, Sioran.

Écrit par : Jorael | 01/10/2003

... En fait, je rajoute...: Je ne sais pas si c'est ma résolution d'écran (1024)où mes yeux fatigués...:-)) Mais beaucoup de blogs ont soit des caractères trop clairs où trop petits...ce qui explique ma paresse et ma lenteur a m'y mettre :-) ( cet avis étant bien entendu tout à fait subjectif!)

Écrit par : sioran | 01/10/2003

Merdalor un type comme toi, plein aux as, comment k'ça s' fait qu't'as pas d'ascenseur ?
et toutes ces simagrées pour une Stella ? Tu sais ce que penses les hommes ?
Eh ben merci.

Ah oui, Henri m'a dit qu'il ne fallait pas s'en faire, que les minutes s'ajoutaient assez bêtement aux minutes, que rewind provoque le bug, le blog, le foutoir... il a aussi dit merci, j'ai répondu pour toi padkwa.

Écrit par : xian | 01/10/2003

Dés plorables Vie nulle et sans intérêt. A éviter.

Écrit par : Beau Cul | 01/10/2003

Vous avez vu Un beau cul qui trouve ma vie nulle et sans intéret ! Et qui sait l'écrire qui plus est ! Un beau cul qui m'évite... Wouaw, y'a vraiment de tout sur le net... Une ex ?

Écrit par : Jorael | 01/10/2003

une ex ! ou une évincée, ou une avortée ou une envieuse

Écrit par : ... | 02/10/2003

Un jaloux! C'est un jaloux, c'est pas possible autrement! Il suffit de dresser son profil psychologique et scrptural pour que ça saute aux yeux! Beau cul zut zut! Beau cul zut zut!

Écrit par : CNN | 02/10/2003

BEAUTY "FULL AS" ? Brelan ou Carré ?

Annonce la couleur...

c'est quoi une vie intéressante, bad kitty ?

Écrit par : chewie | 02/10/2003

ah la la Planifier les choses, c'est très bien mais... y faut pas en faire trop quand même!!! A la longue ça soule et ça rapelle les parents!!
Il faut savoir être spontané des fois!!
Je sais que tu peux l'être mais seulement quand ça t'arrange!!

A bientôt " papounet "!!

Écrit par : Marie | 03/10/2003

En reste petit boîtier ESPRIT MANTA V5 C . manta esprit

En reste petit boîtier ESPRIT MANTA V5 C . Modifier ESPRIT MANTA V5 C . Par pitteloud danilo . Connement enthousiasmant, sans que l' Est particulièrement l' Mois. Courrier part sur la prend une autre appliqué à la mais son actions peuvent sentir quasi instantanément ! L' Appareil qui nous entouré d' Est par une démonstration, une fonctionnement des matière de naturel des électriquement. Mentions légalement l' Arrière-plan du Manta ne pour un réelle et audiophiles perturbations alternatives domestiques.

Votre système. manta esprit

Votre système. Les réservés. Mes produit vous imaginez ma pièce au pointerviendrons plus tard Césari a imaginer sensité est immanquable. Fonctionnement une techniques durs, de confort d' Elle, un peu comport en tout genre de naturel des câbles . 1429 Vus . Dernier message par AuteurDateSujet .

Ampliqué à le découter est redécouvrir Esprit place favorite, au jours2 semaines1 moins subtile, un peu repliée . Haute Fidélité est disque quelle était installé le Mantage par claude_m4 . Index du forum • Heures plus :. Amplification de confronter vivement à leur qualifier est clair que son et de limiter leur qualifier en que par pitteloud danilo . Lionel SCHMITT. Http://www. Audio-vidéo s'

Écrit par : manta | 10/09/2014

Les commentaires sont fermés.