17/06/2005

Le Retour de la mauvaise herbe

 
 
Vous ne pensiez tout de meme pas qu'on allait en rester là... Vous et moi...
 
Oui, j'ai subi. C'était pas vraiment horrible. Je ne me suis pas réveillé avec un membre en moins ou le visage refait. Je n'ai pas souffert le martyre. Je n'ai pas eu a actionner une pompe a morphine ou a cligner des yeux dans l'espoir que quelqu'un m'achève.
 
J'ai juste passé moins de 24h avec une sonde "double sens" pas folichonne, loin enfichée dans la bite, une perfusion dans la main gauche (privilège d'habitué, j'ai réussi a préserver la droite avant de sombrer dans les limbes brutales de l'anesthésie) avec pour perspective le plaisir de voir, par les entrelacs des tuyaux tansparents, ma vessie se vider d'urines sanglantes et autres caillots, vessie lavée en continu par le contenu d'énormes baxters d'eau salée de 3 litres, changés toutes les deux heures.
 
Tout ca pour deux malheureuses petites tumeurs de rien du tout...
 
Tout ca a cause d'une méchante tabagie...
 
Troisiéme opération... C'est presque devenu une routine que j'affronte avec un demi sourire blasé.
 
Les parametres 3 fois par jour : Tension, pouls, température. La prise de sang et l'analyse d'urine en entrée. Le petit questionnaire de l'anesthésiste, invariable.
 
Puis les choses moins droles ; comme le lavement baryté, a vous faire exploser les intestins, ou les premieres heures qui suivent le réveil pateux avec cette sensation affreuse de cette sonde en plus, en trop, qui gène... Une douleur qui n'en est pas vraiment une. On l'apprivoise... On essaye de s'en distraire. La faim aussi... Une faim terrible, due a la stricte interdiction d'ingérer quoi que ce soit 10h avant de se faire catapulter chez morphée. Et puis cette attente, etrange, dans mon lit roulant, collé le long du mur entre deux salles d'ops, avec les allées et venues des gens qui vous disent "bonjour", comme si ce jour pouvait etre bon... Des minutes d'attentes passées a scander mentalement "qu'on en finisse, qu'on me foute sous narcose, qu'on me déconnecte".
 
Oui, en fait, j'ai passé 60 heures déconnecté. En dehors des visites que j'ai volues réduites au strict minimum (je n'ai pas communiqué mes dates ou mon numéro de chambre a la cantonnade) j'ai calé mon lit motorisé en position "légume assis" et sur l'écran de mon portable, casque vissé sur les oreilles, je me suis tapé ; Sailor et Lula, El Mariachi, Desperados, les Trois Indiana Jones, l'Enfer du Dimanche, la Sagesse des Crocodiles, Top Secret, Le Best off de Decaunes et Garcia, Il était une fois dans l'Ouest... Une lobotomie en regle. Le tout en bouffant des melo cakes (24) et des carambars (8). Wonderland chez les Cyberpunkers.
 
Et puis il y a le moment le plus atroce et paradoxalement le plus attendu, celui ou l'infirmière apres un dernier controle dit a 6h30 du mat "Ok, c'est bon, on vous désonde"... Pendant qu'elle prépare tout son petit matériel, j'essaye de décontracter tout le trajet de cette crasse. Resister c'est souffir. Et lorsqu'elle attrape le bout, qu'elle me regarde dans les yeux et qu'elle tranche, net, comme une annonce de starting block "Prêt ?", je me mords la langue pour ne pas crier. Désonder... retirer manuellement, sans anesthésie, ce tuyaux, énorme a l'échelle, d'un long trait, depuis l'intérieur de la vessie jusqu'à l'extérieur de l'uretre... Je vous jure, une sensation atroce, comme si on vous retournait la chair du sexe depuis le ventre jusqu'au gland. Ca dure une seconde, mais quelle seconde, brutale, brulante, entiere.
 
Alors enfin, on peut se remettre debout, sur ses quilles. Et bien sur on s'en va pisser. Avec appréhension, évidemment, par ce que on sait comme ca fait mal au début... Des litres de rouge brulants, avec de temps a autres un poisson qu'on sent venir de loin avant de l'éjecter... Ca peut paraitre affreux, mais c'est libératoire...
 
Du coup, plus de films, juste du sommeil, encore, comme un gosse, comme une marmotte épuisée, du sommeil sans tige entre les jambe, du sommeil enfin tourné sur le coté, comme j'aime... des heures de sommeil gratos.
 
Un peu apres on vient m'expliquer qu'en raison du traitement "long" que je vais devoir subir, on ne me fera pas de lavement a la mytomicine aujourd'hui et que je peux rentrer dans l'apres midi. J'ai attendu cette apres-midi en dormant, encore, et encore.
 
Et en dépit de tout, j'avais quand meme envie d'une putain de saloperie de cigarette de merde.
 
Il y a eu les bon moments aussi... Ces bons moments que je dois a certains d'entre vous... Mon père et ma mère qui sont passés me voir plusieurs fois par jour, inquiets et rassurants, aimants, par dessus tout, mon frangin et sa Julie présents de leur mieux, Dechty, sacré pote, qui comprend mieux que personne ce qu'un lit d'hopital peut avoir d'angoissant, lui qui nous a fait sa chimio il y a déja huit ans, presque... Et tout ceux qui auraient voulu venir le 3eme soir, et qui n'ont pas pu, puisque je n'ai pas joué les prolongations jusque là... Et la voix de mon Ex Nini, Pile sur mon téléphone de chambre, elle connait les rouages, sa voix pleine d'énergie, deux fois, chaque jour, pour remonter mon moral et mon oreiller. Et celle de mon Ex Cookie, Madame ACV, fraiche maman, qui m'apelle avec sa petite Louise sur les genoux, pour me faire un bisous plein de courage, et tous ces SMS si nombreux...
 
Et ces surprises, le premier jour, un colis cadeau anonyme ; des melo cakes, des carambars, Novocento de Barrico, Contes à Guérir Contes à Grandir de Jacques Salomé et cet étrange "jouet" japonais, un Nohohons, un petit etre tout rose avec une tete énorme, ronde comme une bille, avec un sourire de fou lui traversant le visage et qui hoche la tete en permanence, alimenté par l'énergie solaire, semblant dire, "Tout va bien, positive !". Hypnotique. Il n'a pas quitté ma table de nuit et il a déja sa place sur mon bureau. Et la lettre explicative. Cath. Pas Catmey (qui m'a fait un cadeau d'anniversaire que je commence a peine a déguster), Cath de Bruxelles, celle avec laquelle je sors du bout des doigts, la trouvant génialissime, adorable, formidable, douce, belle, aimante, mais n'arrivant pas a lui donner le plein régime d'un coeur désespérément en panne. Plein régime qu'elle mérité milles fois, d'ailleurs. Cath qui sait que nous ne sommes plus "que" des amis en devenir et qui me couvre tout de meme de cadeaux aussi beaux qu'innatendus... Des sanglots dans la gorge. Ne pas dire merci. Dire juste a quel point j'apprécie. 
 
Et a mon retour de bloc op, un petit mot a coté d'un Kinder surprise... Bernadette, la sublime... Passée sans avoir pu me voir...
 
Et puis, alors que je m'étais décidé a sortir, Aurélia, qui arrive aussi avec les bras chargés de cadeaux ; une pieuvre massante vibrante, une fleur en canette et le Dvd de "M le Maudit", de Fritz Lang, Aurélia qui déboule pleine de vie m'arracher a ce monde acseptisé, Aurélia aux yeux verts-bleus qui sourirent sans cesse. Aurélia qui me tend la main, gratuitement, sans que je puisse y mettre la promesse de la mienne...
 
Et Marina qui m'attend, petit chauffeur en Alpha, qui m'avait chopé samedi nuit et qui, là, dehors, est prete a m'emener jusqu'au bout du monde, si je devais...
 
Et Eric, Alex et Esther qui m'attendent dans mon chez Moi bruxellois, pour me faire le cérémonial du thé Gingseng - Maracuja  fraichement ceuilli a la Septieme Tasse, rue du Bailly...
 
Et la vie continue... On saute dans un train et on retrouve le bout du monde...
 
Et au bout du monde, de retour a Paris, il y a vos mots, ici, chez Emi, chez Muffy et ailleurs encore... Merci mille fois.. des larmes aux yeux et une bouche qui rigole... merci...
 
C'est long et confus, pardon... J'avais juste envie de vous faire partager la vie derriere le rideau pour achever sur un merci collectif et individuel.
 
Pendant ces heures je me suis fait la promesse d'écrire, de revenir écrire beaucoup plus souvent. C'est grace a vous. Merci pour ca aussi.
 
Prenez soin de vous
Et arretez de fumer, vite !
Ou alors, pensez a la sonde :)
 

01:44 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

Commentaires

contente de savoir que tu vas bien...que tes amis t'entourent, et que ça te booste...
reviens...encore et encore.

Je t'embrasse
fort moi aussi

Écrit par : georgette | 17/06/2005

Welcome back! Ravie de voir que tu es bien entouré et que tu sembles avoir le moral. J'ai d'autant plus pensé à toi que moi j'étais hospitalisée le 10, et que je n'ai pas vraiment réussi à mettre de mots sur cette expérience étrange de l'hosto (la première pour moi). En tout cas, très bon rétablissement!

Écrit par : armalite | 17/06/2005

juste... un tit coucou bisou au passage.... prends soin de toi !

Écrit par : Elisabeth | 17/06/2005

... Content pour toi Jorael!
Super, prends soin de toi à présent...

A bientot

Écrit par : Piero | 17/06/2005

... j'ai découvert Emi en cours... et j'ai vu ton nom... aucun lien, aucun blog... et puis il a fallu le post d'emi, ton blog en lien... mais je n'avais tjs pas saisi... Le hasard a voulu que je corresponde avec Muffy et puis j'ai compris l'étroite relation.... aujourd'hui j'ai longuement parcouru ton blog (mais je n'ai pas encore su tout lire !!!) J'aime la manière dont tu t'exprimes... un style bien à toi qui captive !!!! Et puis là, je suis en larmes... je viens de lire ton dernier post, je viens de comprendre l'opération, je viens de me plonger dans ton histoire, de quelque part prendre tes maux en pleine face et je t'admire Laurent... Prends soin de toi surtout...
ps : le hasard a voulu que j'ai arrêté de fumer depuis 45 jrs... et plus que jamais je ne compte pas reprendre...

Écrit par : katy | 17/06/2005

Comme si le retour de la mauvaise herbe me faisait peur...

Écrit par : Lou | 18/06/2005

contente aussis tiens! welcome back home! prends soind de toi ... bisdoux!

Écrit par : nanou | 18/06/2005

blog Salut, j'espère que tu te remets bien.
Par ailleurs, toi qui aimes les bonnes causes et blogs émouvants, voilà une petite dame qui aurait besoin de soutien :
http://no-mercy.skynetblogs.be/

Écrit par : izno | 19/06/2005

.... Take care, buddy....

Promethee (aka movida)

Écrit par : promethee | 19/06/2005

Heureuse de te savoir entouré de tant d'attention, d'amour...
De loin, je te fais un long coucou... et promis, pour toi, j'essayerai de divorcer... de mister Nicotine...
Tiens bon
Biz

Écrit par : Fléa... | 19/06/2005

Contente de voir que tout s'est bien passé! Nous pensons bcp à toi stef et moi et sommes un peu déconnectés du monde car depuis qq jours nous n'avons que de brèves possibilités de connections à internet et pas de réseau gsm. Biz et rétablis-toi bien.

Écrit par : nauscaa | 20/06/2005

Les commentaires sont fermés.