24/09/2005

Sweet Home Chicago

17h ici, soit deja 23h de votre cote de l'atlantique. J'en connais qui sortent du resto, qui se demandent dans quel bar ou quel club continuer la nuit... Quand a moi, je sue devant le superbe Imac nouveau modele de ma cousinne a moite barge. ADSL en plein millieu du desert, thanks god !Je suis arrive il y a moins de 24 heures et il y aurait deja tellement de choses a dire... EssayonsHier, jeudi 22 octobre, je me suis leve serein du lit de Karo, sur le coup des 6 heures. Dans une autre chambre de son vaste appartement, Karo continuait sa nuit. Cafe, verification des bagages, toilette, cafe a nouveau et fermeture de mon enorme sac de voyage (32kilos et seulement aux deux tiers rempli). A 7h tapantes, Karo a surgi, prete, delicieusement consultante dans son joli tailleur pantalon. La senseo lui a crache son cafe long. Elle y a trempe les babines puis m'a jette "On y va ?" et nous nous sommes engouffres dans l'acsenseur et auelaues metre plus loin dans sa golf d'entreprise aui s'est faufilee avec talent dans les embouteillages embryonnaires du petit matin. Un dernier Auervoir et je me retrouvais seul avec mon paquetage en plein milieu de notre Zaventem international, largement a l'avance sur l'horaire prevu. Apres avoir repondu 25 fois non au steward d'usage aui me demandait, comme d'habitude si je transportais des armes, de la drogue, un paquet pour quelqu'un, sii j'avais fait seul mes bagages, si je les avais laisse sans surveillance, et bien d'autres indiscretions , j'ai enregistre mon enorme sac qui s'est vu tatouer une jolie etiquette fluo "oversized - heavy". J'ai retire un peu de cash au distributeur, change 200 euros en dollars bien verts, histoire d'avoir un peu de liquidite a l'arrivee< Puis j'ai flane en attendant la famille. Unde demie heure plus tard, j'ai retrouve mes trois laydies dans la file de l'enregistrement; Muffy, ma mere, Ka, sa femme et Caline, la niece de Ka, donc ma cousine par alliance. Les formalites passees nous avons laisse Muffy et Ka au taxfree pour aue Caline puisse se griller une cloppe tranquille. Cette gamine que je soulevais a bout de bras il y a dix ans est bel(le) et bien devenue une femme. Nous parlons de ses amours pendant que j'ecluse une leffe. Il est dix heure du mat, oui, mais je suis deja en vacances. Je profite de l'attente pour distribuer les trois derniers coups de fils urgents qu'il fallait imperativement que je passe avant de lacher les affaires pour 17 jours. Puis les portiques, l'embarquement, la file dans le 767, l'installation, dans ces sieges de nains ou mes genoux viennent immanquablement manger 3 centimetres du dossier de devant. Je vous passe les 9 heures de vol. La bouffe n'etait pas absolument infecte, on s'est tape "Madagascar" et "Robots" en plus d'une volee de series pathetiques de CBS et des pages et des pages et des pages et encore des pages de bouquins, histoire d'oublier notre entassement contre nature dans une boite a sardines planant a plusieurs milliers de metres d'un ocean sans fond.Nous avons atteri a Chicago avec 1h15 de retard. pas de bol, nous n'avions que deux petites heures pour boucler le passage a l'immigration, les formalites douanieres et la course jusqu'au terminal 3 gate H11 pour chopper notre correspondance vers Los Angeles. Pre;iere bonne suprise, l'epreuve de l'immigration s'est nettement amelioree a Chicago. temsp d'attente proche de zero, et pour cause, il y a presque 25 guichets ouverts simultanement et une petite black au sourire ultra brite qui nous repartit entre les agents. Scan des empreintes, photo par webcam et questions lasses avec moultes manipulations de mon passeport. Le petit gars aux allures de flic finit par me coller des tampons en me marmonnant "welcome to united states of america have a nice day" pour enchainer, nettement plus fort sur un "Neeeext" a destination de la petite black qui precipite vers lui le prochain couillon de mon vol.L'attente des bagages prend des allures de calvaire. Toute la marge sauvee grace a l'efficacite de l'immigration est engloutie en vaine cntemplation d'un carrousel rutilant desesperement vide et immobile. Pendant ce temps une jolie fliquette toute droite sortie d'un film nous ballade son chiot renifleur entre les bagages. Quand il marque de l'interet pour un sac en particulier, elle lui sort un biscuit d'un holster de ceinture en lui flattant la croupe a coup de 'gooood boy" et explique aux badaus surpis qu'il est encore en ecolage avant de lui demander, bien sur, d'ouvrir le sac en question et de le diriger vers la section verte des customs. Sur ces entrefaits le carrousel daigne vomir nos valises. La course reprend, Nous passons la douane sans trop de problemes, bique charges comme des mules de kilos de pralines, chocolat, sucre perle et gauffres en vrac, aliments introuvables de ce cote du monde que nous allons gracieusement offrir a ma tante, si nous reussissons a atteindre Los Angeles un jour. Nous courrons jusqu'a l'enregistrement. les hotesses d'american airlines sont pessimistes ; 30 minutes pour faire monter nos bagages dans l'avion c'est trop court. Elles nous proposent une reservation sur le vol de 19h22 (il est a peine 15h, local time), seul vol ou il leur reste encore 4 places de dispo. Nous acceptons de mauvaise grace et nous debarrassons une seconde fois de nos valises et traversons, plus calmement, les longs couloirs de l'aeroport jusau'a l'arret du train qui dessert les 5 terminaux. Nous descendons au 3 et apres une breve pause clope, a regarder passer un balai impressionant de limousines, nous reprenons la file pour les portiques et la fouille avant les gates. Les alumettes et briauets sont interdits. La plupart de sricains disciplines enlevent preventivement leurs godasses avant de passer les detecteurs. Caline, a cause de ses multiples bracelets, subit une fouille au detecteur a main. Comme d'hab tout se passe dans la plus parfaite cordialite avec une certaine atmosphere bon enfant detendue. Le Gate H, un long couloir jette sur l'immense tarmak, comprend 18 portes d'embarquement, 3 Starbuck cofees, 2 Mac Donalds, 2 Bagels and bakery, 1 Donkey Donut, 3 bars et 4 giftshops. Partout autour, la carricature commence a s'imposer. Caline a l'impression de se retrouver en plein milieu d;une serie televisee. Je me deguste un incomparable Big Mac. Ici la pub ne ment pas; ils font vraiment 8 centimetres de haut. Nous nous offrons quelques Buds bien fraiches, contre presentation de nos passeports. A force de douce persuasion je finis par obtenir d'une hotesse au desk d'American Airlines que nous soyons mis en standby sur le prochain vol (16.59) pour L.A. A l'embarquement nous attendons en croisant les doigts que 4 places se retrouvent innocupees. C'est le principe souverain de la lotterie, si chers aux neveux de l'oncle sam. Patience recompensee ; nos noms sortent les uns apres les autres, tous ecorches vifs, soit, mais nous montons a bord. L'aeroport en plein embouteillage, notre avion roule tranquillement dans la file aqui le comduit a sa piste. 45 nouvelles minutes de retard plus loin, nous decollons a nouveau.

02:15 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

C génial d'avoir de tes news comme ça! Ca me fait vraiment penser à mon voyage! En tt cas, ptite chose à bien retenir pr Caline, enlever ts ces bijoux avant de passer les détecteurs et les mettre dans son sac à dos ou sac à main!
C ce que j'avais fait car je pense que la machine n'aurait pas survécu avec ts mes bijoux! mdrrr
Sinon, super d'avoir pu prendre l'avion de 16h!! C tt bon!
En tt cas, continue à bien profiter de ton voyage, c vraiment une escapade, on oublie tout, c trooooooooooooooooop génial!!!
Aaaaah ça me donne envie d'y retourner!!! ;)

Écrit par : nauscaa | 25/09/2005

Petit mot en plus! C tjr génial aussi d'imaginer quelle heure il fait en belgique et de se dire ah les gens font ça ou ça comme tu le décris si bien!
Tu te rends alors bien compte si tu restes en contact avec les tiens, comme je l'ai fait, qu'il y a deux vie parallèle et c trop extra!!!!

Écrit par : nauscaa | 25/09/2005

Même loin... t'es brillant ;-)
Bon trip,
Ju

Écrit par : Julie | 26/09/2005

La suite !!!! et alors c'est vraiment comme dans les séries TV? j'hallucine ça doit etre etre iréel...

Profite bien de ton séjour, change toi bien les idées ;)

Écrit par : Raf | 29/09/2005

Les commentaires sont fermés.