09/10/2005

Terminus

Temps present...
 
Quelques heures a peine avant l'aeroport, le vol, Chicago, le grand saut au dessus de l'Atlantique, Bruxelles, la Bagnole, Paris... Sauter du 9 Octobre Californien, plein soleil, 27 degres a l'ombre, au lundi 10 Octobre de notre bonne vieille Europe du nord, un lundi que j'aimagine deja gris, pluvieux, angoissant, place sur le signe de la re-responsabilisation, de la remise en jambe, comme me l'a ecrit mon boss il y a deux jours.

Infliger le supplice du peigne et du rasoir a cette mine ambree et  heureuse.

Repasser une chemise proprette, unie, assortir une cravate, se lever a 7h, faire des budgets, faire la pute, encore, toujours...

Je n'en ai plus rien a battre, vraiment.

Je sais depuis toujours que je suis dans l'imposture. Je sais depuis toujours que je me trahis, pour du fric, pour un train de vie, pour une place honorable dans une conversation, pour me donner le sentiment d'appartenir a cette norme que je vomis. Rien de ce que je fais ou pretend faire ne correspond a ce que je suis, ou crois etre... Je n'arrive pas a me definir positivement, je ne sais pas quels sont mes talents. Mais j'ai la douleureuse ceritude d'etre dans la mauvaise voie depuis des annees.

Avant ce voyage, j'aurais immediatement court circuite le raisonnement avec une bonne couche de bonne conscience ; c'est pour tout le monde pareil, faut bien se faire a la realite, et bla bla bla, avant de chausser mes petites pompes de villes et de sauter dans mon Audi A4 neuve non sans un soupcon d'erection molle par ce que, quand meme, c'est une belle caisse comparee a celles des cadres moyens de mon age. (excusez moi, je vais gerber - hurk - ca va mieux, merci).

Mais malheureusement j'ai trempe mes levres dans le reve americain. d'HollyWood a San Francisco, le credo est pareil ; le reve est possible. je m'etais pris a mepriser le comportement professionel de nombreux americains, victime de ma propre auto projection sur eux. Je les trouvais lache sa se trahir pour ne plus etre que ce qu'ils faisaient, entierement devoues a leurs jobs comme on l'est a une religion. Je me trompais. C'est tout le contraire, la plupart d'entre eux tentent de faire ce qu'ils sont, entierement, sans compromis, de toutes leurs forces.
 
Etre serveur ou vendeuse de fringues n'est pas degradant ici, l'ego a tellement moins d'importance. Personne n'en voudra a personne de ne pas etre rentre dans le moule. La reussite personelle, quelle qu'en soit la forme est preferee a toute forme de reussite sociale. Le ridicule ne tue pas et si il rapporte, en plus, alors, respect buddy. La seule honte qu'on porte au front, ici, c'est d'avoir trahi son reve. Changer de job 15 fois dans une vie est totalement admis ici, alors que chez nous, les etudes bouclees, le premier boulot trouve, on a l'impressiom de s'etre mis sur des rails d'acier qui courrent droit jusqu'a la retraite avec des murs en beton arme tout le long. Nous n'essayons meme plus, a peine un fantasme de temps en temps. Nous n'osons plus etre libres (parle pour toi ducon).

J'ai le droit de tout oser, plaquer mon job, ecrire a mi temps, profiter du chomage ou m'installer ici comme serveur a 200 dollars la soiree. Tout est vraiment possible. il suffit d'oser arreter de se voiler la face, d'arreter de croire que le monde attend de nous que nous devenions de bons petits soldats, de parfaits contribuables.
 
Non, pardon, je suis tellement impregne par toute cette merde... J'ai le DEVOIR de tout oser ! Ce n'est pas une option, pas un "fromage ou dessert", voila ce qui change... Ne pas aller tremper mes mains dans ce coeur qui bat de toutes ses forces est un suicide, le suicide de l'individualite, le suicide du genie, de ce que je suis au detriment de ce que les autres feront de moi. Voila ce qui change. Avant, je pouvais librement prendre le risque d'aller explorer mes aspirations profondes et rentrer au bercail, la queue entre les jambes en pissant de trouille, remettre les pendules a l'heure de la pointeuse de l'usine et retrouver mon immobilisme rectiligne uniformement tranquilisant.
 
Et puis j'ai vu les gens de Frisco vivre heureux, differement, et puis j'ai vu les gens de Vegas, claquer des annees de paie sur un tapis vert, et puis j'ai vu les gens d'Hollywood, marcher sur les etoiles innombrables de ceux qui ont oser au point de reussir, et puis j'ai vu a Venice des gens vivre dans l'utopie, et puis j'ai vu dans le desert des gens vivre bien, de peu de choses... Du pire au meilleur, ils osent, au risque de se prendre une torgnole ou deux, ou dix, ils osent... Ce n'est meme pas "Just Try It" mais "Just DO It"
 
Partir a la decouverte de ce que je suis, de ce territoire insonde, inconnu qui n'a seulement ete defini juqu'a present que par la pression exterieure et les vicissitudes de la vie, voila mon objectif, voila mon souhait de rentree. Cesser de subir mon statut d'humain pour en faire l'aventure de ma vie. Cesser de risquer l'implosion, la depression, me retrouver en moi et exploser.
 
Je veux rever, m'autoriser a rever, rejouer a "quand je serai grand, je serai...." et puis je veux devenir.

Voila ce que je veux, depuis la californie.
 
le temps me manque
a tout de suite
 

09:35 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (17) |  Facebook |

Commentaires

je suis encline à croire que j'aurai préféré
décliner en climats les possibilités
et non climatiser tous les déclins possibles
sous le regard impavide de tous les grands torpides

En théorie quand tu laisses ce genre de posts, tout le monde cherche à te montrer que la vie n'est pas si moche,
moi quand je te lis, j'ai toujours peur que tu aies raison.

j'ai la remise en question (trop) facile, damned.


take care

Écrit par : Dame | 09/10/2005

Bienvenue au club Frisco et la Califfornie m'ont fait lemême effet en général, il y a seulement un mois et demi... Depuis je réfléchis...

Écrit par : Armalite | 09/10/2005

Pris dans les paroles d'une chanson de "Marilou Bourdon"... et un peu "remanié"... " Tu peux partir là bas... mais jamais rien ne t'éloigne de toi "...

Écrit par : nauscaa | 09/10/2005

J'oubliais... Ca vient de la chanson qu'elle chante avec Garou: "Tu es comme ça".
http://www.mariloumusique.com/

Écrit par : nauscaa | 09/10/2005

C'est fini les vacances pour nous aussi Bah oui on aimait bien t'imaginer "on the road again"
Courage pour la suite

et puis ...

Everything is possible!

Écrit par : Raphael | 10/10/2005

Personne ne t'a prévenu? C'est le printemps ici! Il fait beau, chaud... le rêve!
Le tout, c'est de réussir à en profiter...
Bisous

Écrit par : Raph | 10/10/2005

J'en ai des frissons... Tu mets des mots sur ce que je ressens depuis deux ans.
Ca me fait un bien fou de les lire.
Reviens vite rayonner ici.
Nous t'attendons.

Écrit par : Luna | 10/10/2005

Ptite anecdote sur Frisco! ;) Chaque vendredi, lorsque je vais voir mes parents, je vois la peluche que j'ai offert à mon neveu.
Peluche que j'ai acheté dans une ptite boutique de souvenirs située juste à côté du Golden Gate Bridge et sur laquelle est indiqué: I love San Francisco ou un truc du genre.
A chaque fois que je la vois, ça me rappelle tt ses souvenirs de voyage et puis aussi le fait que j'ai un peu laissé de mon coeur là bas! hihi

Écrit par : nauscaa | 10/10/2005

Dame Toi y en a comprendre ce que toi y en a écrire ???

Écrit par : moi y en a vouloir comprendre... | 13/10/2005

moi Non. Mais heureusement mon troisième moi explique à mon second moi ce que mon premier moi à voulu dire. Sauf quand mes mois se font la gueule bien sûr.


"Il ne faut pas chercher à comprendre, mais à prendre."
(J-L Godard)

Écrit par : Dame | 13/10/2005

... Ah, ces rêves qui nous transportent...
Be yourself
Et bonne journée.

Écrit par : le Râleur.na | 13/10/2005

c'est donc ça ! enfin c'est qd meme dommage d'avoir trois "moi" et que pas un seul soit capable de te dire qu'un adjectif a pour but de qualifier le nom commun qu'il suit ou précède (sauf s'ils sont séparés par une virgule ce qui équivaut à une énumération)... dc deux adjectifs à la suite bah ca veut rien dire...
Tes "moi" devaient se faire la gueule alors...

Écrit par : Je commence à comprendre | 13/10/2005

. "Et que pas un seul soit capable" il est tout autant dommage que ton unique moi te laisse oublier la moitié de la négation, si tu veux aller par là.
T'as même le droit d'écrire "ca" comme ça ---> ça.

C'est beau la langue française.

Et au passage, ce à quoi tu faisais allusion ne se voulait pas une démonstration de grammaire, mais de poésire ratée. Or la poésie (ratée), ainsi que le langage familier (qui est un mauvais usage, certes, mais qui, quoi qu'il en soit, crée l'usage) ont tous les droits. Dont celui de placer, après un adjectif, un second adjectif ayant valeur de nom commun.

Donc si je veux dire "un stupide amorphe", en faisant d'amorphe un nom commun pour lui donner plus de poids, j'ai de le droit si je veux, dans le cadre de la poésie ratée, c'est un effet de style.

Et puis, si en passant sur ce blog le seul commentaire qui te vient à l'esprit concerne ma grammaire, je te plains, tu dois passer à côté de beaucoup de choses.

Bien à moi, abyssal passant (l'adjectif fait ici corps avec le nom).

Écrit par : Dame | 13/10/2005

Si c'est raté alors... Merci pour cette mise au point. Dommage que tu n'apprécies pas quand quelqu'un tente de comprendre ta loghorrée verbale. Je propose que l'on s'arrête là. Inutile de polluer ce blog de qualité par des leçons d'effets de styles d'une poète ratée (et c'est pas moi qui le dit).
Pardon à tous les lecteurs et au maître des lieux pour cette parenthèse.

Écrit par : J'ai tout compris | 14/10/2005

. De rien, ce fut un plaisir.

Tu as une façon diantrement prétentieuse d'essayer de calmer tes prurits intellectuels, ceci explique cela.

(Quoi qu'il en soit je suis tout à fait d'accord pour s'en tenir là, et j'irai jusqu'à dire que les leçons de syntaxe n'ajoutent pas davantage au charme du lieu.)

Mes trois moi te saluent.

Écrit par : Dame | 14/10/2005

il pleut bien voilà, j'ai vu votre blog et je vous dis que c'est vraiment ça la littérature.. quelqu'un qui écrit bien, naturellement, comme un flot un "vagalame", une réussite.. les idées c'est parfait.. une p'tite vérité à chacun.. que je partage..
je vous mets dans mes favoris si vous le voulez bien.
clem.

Écrit par : clem | 25/10/2005

retour? ...le retour s'avère-t-il aussi pénible que prévu...?
Ca fait un bout de temps qu'on attend de savoir... ;)

Écrit par : melo | 26/10/2005

Les commentaires sont fermés.