30/01/2006

 WonderLand

 

 

9h20. La Défense. Du béton, de l'acier et du verre a perte de vue, des quatres points cardinaux aux trois dimensions. La Défense, sa grande arche, ses quelques galeries commercantes, ses dizaines de parkings, ses centaines de snacks, mieux qu'une fourmilière, c'est la gigapole du business roi.

 

Quelques minutes de marche a pied depuis les bouches de métros qui vomissent leurs armées de cadres jusqu'a la réception de mon "suspect" qui deviendra "prospect" dès que nous aurons échangé nos cartes de visites, et "client", si j'y mets suffisament d'énergie et de vaseline.

 

Le vent aigu, qui s'engouffre et se renforce entre les tours vertigineuses, me griffe le visage avec toute la cruauté de l'hiver parisien. Manteau long. Col rabattu sur le visage. Offrir le minimum de prise. A l'hiver. Au business aussi.

 

Les portes de verre coulissent sans bruit. La réceptionniste est particulièrement jolie et parle trois langues dans le micro du casque qu'on lui a vissé sur sa permanente. Signe extérieur de richesse. Je lui demanderais bien une fellation mais je me contente de m'annoncer et de dire qui je viens voir. Sourire crispé et agitation plus fébrile. Visiblement mon rencard vaut son pesant de stocks option. Je ne souris pas. Pour une fois il ne s'agit pas d'un faux mépris stratégique, juste du froid qui bloque encore mes zygomatiques.

 

Un type surgit. Poignées de mains rapides. M'invite a le suivre. Et je suis. Je suis là pour ca. Banalités sur les modes de transport. Métro ou bagnole, on a toujours un mot a caser avant que l'ascenseur arrive. 5eme. Ding. Des couloirs. Des "bonjours" a des gens que je ne connais pas, que je ne connatrai jamais.

 

Salle de réunion. Ils sont quatre. Café, croissants, jus d'orange. Tout ca est tres bon. Au gout, bien sur, mais surtout au niveau de la symbolique. On propose parfois un verre d'eau aux fournisseurs, on alimente les partenaires potentiels.

 

Rituel des bristols, sourires convenus, détendus. Un petit mot sur leur dernier plan social qui ne cesse de defrayer la chronique internationale. On ferme des usines partout dans le monde. On rationalise. On se marre. On reprend un croissant, "Mangez ceci, car ceci est le corps de mes ouvriers" aurait pu d le Directeur Général. On se passe les expressos, "Buvez ceci, car ceci est leur sang". Ice breaking parfait. On se sent tellement mieux entre pros.

 

Je sors les copies signées des "Non Disclosure Agreement". Une arabesque de Mont Blanc plus loin et nous pouvons en toute intelligence aborder le vif du sujet. Toujours le même. Mieux pour moins cher. Putain de recette. Toujours personne pour comprendre haut et fort que cette logique a une limite : l'effondrement.

 

Mais on s'en branle après tout... Leur Boite veut faire plus de marge ? très bien... J'ai de quoi leur faire gagner du fric dans mon domaine. Quelques millions d'euros en économies directes. Peut-être plus en indirectes, avec d'autres licenciements à la clé. Je sors le portable, le connecte au projecteur. Le Show Commence. J'ai envie de gerber. Je pense aux fauteuils desing et aux belles chemises que je vais pouvoir m'acheter avec la comission. Ca fait passer l'aigreur quelques instants. Quelques instants seulement. Je pense alors au loyer de l'appart, a ces quelques crédits a la consommation que j'ai sur le dos et aux gosses qu'il faudra bien que je consente a nourrir et a éduquer lorsque je me serai décider a les faire. Je me sens déja mieux.

 

Les slides s'écrasent sur le mur, en chiffres, en couleurs, en logos, en références... Je connais mon baratin sur le bout de la peau de leur rectum. Ma propre voix me fait bander. Mon jargon plein d'assurance leur baise les oreilles jusqu'au sourire.

 

Le DG, que j'abrévie ici pour bien souligner la sympathie qui nous unit a présent, m'explique leur changement général de stratégie marketing pour les années à venir. Ils ont observé le shizme produit du marché américain. Les produits "moyenne gamme" disparaissent peu a peu pour faire place a deux tendance tres nette : le "discount" absolu. Prix cassé et qualité en berne, et le "Luxe" très cher, très classe, très con mais ca marche. Ils doivent anticiper l'installation de cette tendance sur le marché Européens.

 

J'entrevois dehors le futur de merde qui se profile. Des milliards de pauvres équipés avec du matos soviéto coréen foireux acheté a deux balles, zéro service, qui regardent en bavant un carré VIP tout chromé sous garantie à vie. Le fric des premiers sert a financer la masse critique nécessaire au maintien de la production. Le bel argent des seconds crée de la marge, des possibilités infinies de développements d'autres insanités, version discount et version luxe, couvrira le salaire des designers de prestige qui bosseront sur les modèles suivants et permettront du profit a redistribuer en haut de la Pyramide.

 

Et je joue là dedans. Moi. Putain. J'en suis là. Piègé. Presque convaincu mentalement que je suis assis sur l'affaire du siècle. Et tout le monde sourit de plus belle alors qu'un long filet de sueur me dévalle l'échine.

 

Je les regarde un a un, de derrierre mon masque. Je me demande combien d'entre eux font parties comme moi de cette société secrete molle et passive des révoltés de l'intestin. J'essaye de sonder les puits de leurs ames pour tenter de savoir lesquels sont sincères et lesquels seront prêts a se lever avec moi, le Matin du Grand Soir, si il arrive un jour.

 

La réunion est bouclée. Des aurevoirs avec promesses sous huitaine. Un plan d'action sur six mois. Et déja je trépigne d'impatience d'aller faire baver mon management avec cette affaire en or. Qu'on me réserve le digne accueil du chasseur victorieux, ou du chien domestique qui livre a domicile un lapin juteux encore tiède.

 

La claque de l'hiver me revient en pleine tronche. Je me dirige vers un trou de Métro. Nausée. J'aimerais sauter dans ce tunnel comme Alice jusqu'au pays des merveilles. Rien ne me semble plus absurde désormais.

 

 

19:57 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

alCHImiE
L’appellation "grosse commission" n’a jamais mieux mérité son nom…

b.

Écrit par : bergm4n | 30/01/2006

waw tu alignes les livraisons de posts de qualité ces temps-ci. Ca fait plaisir de de telire. Ce dont tu parles ne fait pas forcément autant envie mais...

Écrit par : Somebaudy | 31/01/2006

TTBM Très très bien écrit.
C'est bon.

Écrit par : catmey | 06/02/2006

Les commentaires sont fermés.