21/02/2006

Se Souvenir... Partie 3

 

Je dois également me souvenir de ces évènements sous un autre angle, plus important, pour arriver a comprendre ce que je vis à l'heure actuelle.

Je n'ai pas choisi cette carrière. J'ai poussé cette porte par hasard et me suis installé dans une situation temporaire qui s'est solidifiée et améliorée au fur et à mesure que j'ai réussi a gravir les échelons. Et si je me suis mis en tête de "grimper" ce n'était pas tant par ce que j'enviais ceux du sommet, mais que j'avais honte de m'être "prostitué" pour payer mes ardoises et que je vivais comme une consolation d'orgueil de gagner plus de blé, d'avoir acquis plus de liberté, plus d'autorité.

J'ai emprunté cette route a pied, puis a vélo, puis en scooter, puis en bagnole. Ce n'est pas tant le moyen que je remets en cause, mais la route elle même.

Chaque année, je croise des plus jeunes a l'orée de leur grande angoisse ;"Que faire ?". J'en vois des cargaisons entières, pétris de questions sur leur avenir, sur leur désir, sur leurs choix.

Je n'ai pas connu ce stress la, j'avais réussi à me foutre dans une telle merde que j'ai du sauter sur le premier job venu. De ce point de vue je ne m'en suis pas trop mal tiré, certes. Mais je suis arrivé au bout de cette logique. J'ai fait le tour du manège. Il faut que j'en descende pour vivre moi aussi ce questionnement terrible ; "Que faire ?".

Se livrer à ce genre de bilan n'est jamais évident. Il faut faire la somme de ses qualités, les multiplier par ses passions et ses ambitions... Mais je n'ai rien de tout ca. Je reste cet espèce de "bon à rien bon à tout", ce touche a tout, généraliste moyen, un peu de jugeotte, un peu de tchatche, beaucoup trop de sensibilité.

Je ne sais toujours pas pourquoi je suis fait. Je ne sais toujours pas si il existe une place faite pour moi. J'aimerais cesser de bricoler, j'aimerais trouver cette voie dans laquelle je pourrais me développer, cesser de faire semblant, cette voie dans la quelle je ne devrai plus jouer l'imposture permanente.

C'est sans doute un fantasme, un Graal, un Paradis Perdu, une idée qu'on nous met dans le crane depuis l'enfance pour mieux nous faire pédaler dans la dynamo. Une carotte magnifique. Un pays qu'on atteint jamais. Un ailleurs de plus. L'Amérique.

Mais la possibilité d'une désillusion doit elle pour autant provoquer l'immobilisme ?

Je ne crois plus que je serai rock star ou milliardaire, que j'aurai mon quart d'heure de célébrité, je ne m'imagnie plus pilotant une Ferrari ou un Yacht entre deux résidences secondaires, je commence même a admettre que jamais je ne sortirai vraiment de la contingence, du besoin de "faire attention", que je continuerai sans doute a marcher le long du gouffre, parfois tres pres du bord, parfois un peu plus loin. Je ne crois même plus que je serai à jamais heureux et comblé...

J'aimerais juste me trouver, arriver a utiliser ce que je suis a des fins plus nobles et en tirer une certaine fiereté.

 

12:11 Écrit par Jorael | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

Commentaires

Que faire.... Je crois que tu ne trouveras une réponse que si tu ne te poses la bonne question!
"Qu'ai je ENVIE de faire?" Et non "Qu'est ce que je SAIS faire" ou "Pour quoi suis je fait?".

Écrit par : Lilimoncello | 21/02/2006

Livre Si je peux te conseiller une lecture, c'est "La victoire des vaincus", de Jean Ziegler. Pas forcément pour répondre à tes interrogations, mais peut-être pour les nourrir...

Écrit par : le nain | 21/02/2006

event T'irais pas dans le secteur d'organisation d'événements ? Ca marierait tes compétences commerciales et ton plaisir de la fête, de la musique, de slight-show etc.

Écrit par : Somebaudy | 21/02/2006

- Quelqu'un m'a parlé de poser une plaque devant sa porte un jour, mais j'me rapelle plus de quoi... raaah t'sais, ça commencait par "psy"...

Écrit par : Dame | 21/02/2006

La porte est en -dedans Faire...bon où mauvais à tout faire, faire bien où mal , faire le con, faire semblant ,faire sa vie, faire son travail, faire son trou,faire la fête,faire "comme" où faire "autrement".....foutaises!!
Faire se conjugue avec avoir, dans l'illusoire possession de la poignée de sable entre les doigts d'une existence....
Faire n'est pas .
Essence rare, il est vrai que celle de la quête immobile de sa propre dilatation d'espace, démesure d'un instant d'être, joyau unique , étincelle dans l'oeuvre cosmique .
Faire n'"est "pas ...le but , le but qui est en " soi "!
Je crois que tu sais où est la porte

Écrit par : muffy | 22/02/2006

Je me suis prise de passion pour ce que vous écrivez. Sans doute parce que je m'y reconnais beaucoup. Le parcours que vous voulez entreprendre je suis en plein dedans. Ce n'est pas facile. Mais possible. Le premier pas est le plus difficile, et vous l'avez déjà entrepris : se poser les "bonnes" questions. Les bonnes réponses sont diférentes pour chacun d'entre nous. J'aimerais bien en discuter plus en détail avec vous, en-dehors de ce blog. Je vous tends une main, J'attends la votre.

Écrit par : Personne | 22/02/2006

Les commentaires sont fermés.